Archives de l’auteur : Collectif 3A

Ensemble, faisons du 8 octobre 2015 une puissante journée de mobilisation et de manifestations !

Répondant aux demandes des organisations patronales et plus particulièrement du Medef, des actionnaires et des marchés financiers, le Gouvernement multiplie les attaques contre le monde du travail. Ses mesures dans les branches professionnelles du commerce le montre et c’est pourquoi nous sommes pleinement solidaires et partie prenante des luttes des salariés concernés.

Ainsi, les prochaines lois de finances et de financement de la Sécurité sociale organiseront une nouvelle baisse massive de la dépense publique.

Cœurs de cible des politiques d’austérité, les politiques publiques et les services publics de l’Etat, des collectivités territoriales et de la santé font l’objet d’attaques sans précédent.

La revue des missions et la réforme territoriale ont pour objectif d’abandonner ou de privatiser toute une série de missions de service public, au détriment du service rendu aux usagers, de ramener à la portion congrue les services publics de proximité implantés sur le territoire national. A l’évidence, certains veulent aussi en finir avec le Statut général des fonctionnaires.

Dans le même temps, les pouvoirs publics poursuivent les attaques contre les droits et les garanties collectives du monde du travail.

Dans le prolongement des lois sur la compétitivité, des lois Macron et Rebsamen, le Gouvernement entend ainsi s’attaquer au Code du travail avec de nouvelles attaques contre le contrat de travail, les modalités d’organisation et de réduction du temps de travail, les salaires et le SMIC.

Il s’agirait aussi de créer les conditions d’une insécurité sociale généralisée en amplifiant la remise en cause de la hiérarchie des normes c’est-à-dire la primauté de la loi, du Code du travail imposant que les accords de branche et les accords d’entreprise soient plus favorables aux salariés.

Alors que le chômage est de plus en plus massif, qu’explosent les inégalités, la précarité et l’exclusion sociale, que le droit au logement est refusé à des dizaines de milliers de familles, que l’insuffisance des salaires, des minimas sociaux, des pensions est de plus en plus criante, il nous faut imposer d’autres choix.

Pour mettre fin aux politiques d’austérité, augmenter les rémunérations, créer des emplois, réduire le temps de travail, défendre et améliorer le Code du travail, reconquérir la protection sociale, développer les investissements en assurant la nécessaire transition écologique, développer les services publics, les salariés, les privés d’emploi, les retraités sont appelés à manifester le 8 octobre 2015 par les organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires, l’UNEF et la FIDL.

Le Collectif 3 appelle les salariés, les privés d’emploi, les retraités, à faire du 8 octobre 2015 une puissante journée de mobilisation et de manifestations.

Coco

Pour une alternative à l’austérité – Manifestation en soutien au peuple grec

Une manifestation en soutien au peuple grec aura lieu jeudi 2 juillet à 18h30 à Paris, Place de la Bastille, et dans de nombreuses villes de province.

L’échec des négociations européennes avec la Grèce est entièrement de la responsabilité du FMI, de la Commission et des principaux gouvernements européens qui ont bloqué les discussions en rejetant les mesures de justice fiscale du gouvernement grec et en proposant de les remplacer par de nouvelles mesures d’austérité.

Alexis Tsipras, et son gouvernement, ne pouvant accepter d’accord sur ces bases, a décidé de revenir devant le peuple grec en organisant un référendum le 5 juillet, lequel pose la seule question de l’acceptation ou non de ces nouvelles mesures d’austérité.

La question de l’alternative à l’austérité est donc celle posée au peuple grec dimanche. Elle est aussi celle posée à tous les peuples européens.

Le collectif 3A (Alternative A l’Austérité) appelle et s’associe à cette mobilisation du jeudi 2 juillet en soutien au peuple grec.

_EAR6961

Un 15 novembre porteur d’espoir

Le collectif 3A « Alternative Á l’Austérité » se félicite du succès de la journée nationale du 15 novembre. Dans un moment difficile pour les mobilisations, des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Paris et de 37 autres villes de France, porteurs du refus de l’austérité et du rejet des politiques gouvernementales et patronales actuelles. Dans le même temps, ils ont exprimé leur aspiration à construire une alternative sociale, écologique, politique et démocratique.

En quelques mois depuis la manifestation nationale du 12 avril à Paris, nous nous sommes renforcés, nous avons considérablement élargi le cercle des personnalités – plusieurs milliers – et des organisations – 95 aujourd’hui – signataires de nos appels.

L’existence dans la durée du collectif 3A, regroupant des personnalités, des associations, des syndicats et des forces politiques est un fait inédit dans notre pays. C’est un événement majeur que des organisations et personnalités si diverses parviennent à construire ainsi, de façon totalement commune et solidaire, des initiatives de grande envergure. Il est porteur d’espoir pour celles et ceux qui refusent une politique qui engendre toujours plus de misère, d’inégalités, de désespoir et conduit le pays dans le mur, pour celles et ceux qui veulent un véritable changement, un avenir de justice sociale, de solidarité et de fraternité.

Après le 15 novembre, dans le respect de toutes nos identités, nous sommes décidés à continuer ensemble. Les 3 A de l’« Alternative Á l’Austérité » vont encore se faire entendre, s’élargir et s’étendre dans tout le pays, pour offrir à celles et ceux qui le souhaitent un espace construit en commun d’initiatives, d’actions et de débats.

Mobilisation nationale le 15 novembre

_EAR6961

30 000 personnes à Paris. 100 000 dans toute la France. Ce n’est qu’un début !

AFFICHE_15_NOV_PLa coupe est pleine ! Le pays s’enfonce dans la crise avec son cortège de misère, de chômage, de précarité, de violentes divisions. Depuis des années la droite et, depuis 2012, François Hollande, les gouvernements Ayrault et Valls poursuivent le même but dans le cadre des traités européens et en accord avec les dirigeants de l’Europe libérale : austérité, compétitivité par la baisse du coût du travail, reculs sociaux, coupes claires dans les dépenses publiques. Ces politiques ont échoué partout comme elles échouent en France : elles nourrissent la crise, creusent tout à la fois les inégalités et les déficits.

Dans son immense majorité le peuple rejette cette politique imposée sans débat et avec autoritarisme. Cette situation crée une grave crise politique dont la droite et l’extrême-droite porteuses de graves projets de régression tentent de tirer profit.

Lire la suite

Nous, jeunes de divers mouvements, refusons de subir et appelons à la mobilisation du 15 novembre

Affiche éditée par l'Ecole de la montagne rouge pendant le "printemps érable" et ses violences policières

Affiche éditée par l’Ecole de la Montagne Rouge pendant le « Printemps érable » et ses violences policières

Alors que le pays s’enfonce de plus en plus dans le chômage et la précarité, les jeunes sont les premières victimes des politiques austéritaires menées aujourd’hui. Le gouvernement de Manuel Valls se soumet aux exigences du patronat et des libéraux européens qui détériorent notre avenir. Le dogme de la réduction des dépenses publiques frappe de plein fouet les jeunes. Les services publics, dont les universités, sont étranglés par la réduction drastique des moyens, par conséquent, les conditions d’étude se dégradent. Récemment, le ministère a annoncé une réduction de 20% de la prochaine dotation de l’Etat aux universités soit un plan d’économie de 400 millions d’euros…

Le gouvernement semble plus attentif aux revendications du Medef qu’aux aspirations et aux besoins des jeunes. Nous souhaitons que les intérêts des jeunes priment sur les revendications du MEDEF.

L’organisation patronale revendique toujours plus pour dépouiller notre génération et gonfler ses profits. Plutôt que de lutter contre la précarité, la crise du logement ou les stages sous-rémunérés, le gouvernement octroie plus de 41 milliards d’euros aux entreprises sans la moindre contrepartie en termes d’emplois ou d’investissement. L’austérité pour tous, notamment les plus jeunes, et les cadeaux pour quelques-uns est une situation qui augmente la précarité et les injustices et à laquelle nous ne pouvons nous résoudre.

Les budgets d’austérité qui visent à nous faire payer la crise sont une impasse économique et sociale partout où ils sont appliqués.

Ils vont à rebours de la nécessité de transformer notre économie, seule à même de nous garantir des conditions d’existences stables.

Le réchauffement climatique nous promet une multiplication des événements climatiques extrêmes (sécheresses, montée des eaux, tempêtes), une chute de la biodiversité et un coût économique et social gigantesque – des conséquences qui n’iront qu’en s’aggravant au fur et à mesure des années et de l’immobilisme des responsables politiques, des conséquences qui seront subies par notre génération et celle de nos enfants.

Pire, la mobilisation légitime et nécessaire de la jeunesse contre des projets totalement irréfléchis et potentiellement dévastateurs obtient pour seule réponse la répression policière et médiatique, situation qui conduit à des catastrophes humaines telles que la mort de Rémi Fraisse tué par une grenade offensive de la gendarmerie. Nous réclamons du gouvernement qu’il condamne les violences policières et modère les agissements et l’arsenal des forces de l’ordre. Le gouvernement doit mettre fin aux interdictions de manifester pour que les mouvements sociaux soient respectés pour ce qu’ils nous disent de la société.

Nous, jeunes issus de divers mouvements, nous nous opposons au discours ambiant selon lequel il n’y aurait « pas d’alternatives »

Cette vieille rengaine ne vise en réalité qu’à maintenir les privilèges de quelques-uns au détriment de l’intérêt général. Cette politique qui tourne le dos à la transformation sociale nous choque profondément et n’est pas sans lien avec la montée de l’extrême droite. Ces derniers mois, les mobilisations se sont multipliées : cheminots, paysans, intermittents et lycéens. Dans les universités, étudiants et personnels s’organisent pour dénoncer les restrictions budgétaires. Tous refusent de subir et réclament une politique alternative.

C’est par la construction de ces mobilisations sociales que nous créerons les conditions pour une alternative sociale, écologique et démocratique et obtenir satisfaction sur nos revendications :

  • Le rejet du budget d’austérité
  • Une augmentation du budget des universités à la hauteur des besoins réels
  • L’arrêt de la répression policière et des interdictions de manifester

Mouvement des Jeunes Socialistes, Parti de Gauche, Mouvement des Jeunes Communistes (MJCF), Jeunes Écologistes, Nouvelle Donne Campus, Ensemble secteur jeune, Union des Etudiants Communistes (UEC), Gauche Unitaire secteur jeune

Ecologistes, nous manifesterons le 15 novembre pour une alternative à l’austérité

Tous et toutes solidaires pour un budget écologiste en 2015

Alors que la COP21 qui aura lieu à Paris fin novembre 2015 revêt des enjeux primordiaux pour le climat et devrait être la priorité du gouvernement, François Hollande s’embourbe dans une politique ultra libérale ne répondant qu’à une logique austéritaire qui n’a jamais su faire ses preuves.
La loi de la transition énergétique vient juste d’être votée en France, et le budget proposé par Manuel Valls ne sera pas à la hauteur des enjeux. Il ne permettra même pas d’assurer à minima la transition énergétique nécessaire de notre économie.

L’austérité imposée en France plombe toute reprise possible. Le gouvernement ne comprend pas la différence entre un assainissement budgétaire nécessaire et l’austérité,sans investissement pour l’avenir comment préparer le futur ?
La politique court-termiste menée par le gouvernement nous conduit dans le mur et ne fait qu’accroître les conséquences des crises environnementales, sociales et politique.
Pourtant des marges de manœuvre budgétaires existent. La France se trouve être le 25ème pays sur28 dans l’Union européenne en terme de fiscalité écologique, nous sommes encore une fois à la traîne.

Nous, militants et militantes d’EELV appelons au rejet par les député-e-s du budget proposé par le gouvernement et appelons tous les citoyens et toutes les citoyennes à participer à la manifestation du 15 novembre contre l’austérité !

Mathieu Béchu Diaz, Jacques Boutault, Karima Delli, Corine Faugeron, Jérôme Gleizes, Chekra Kaabi, Elise Lowy, Anny Poursinoff

Les socialistes affligés participeront à la journée nationale du 15 novembre pour « dire non au budget d’austérité ! »

La loi de finance 2015 est hautement symbolique. En pérennisant le pacte de compétitivité et mettant en œuvre le pacte de responsabilité, ce budget consacre la politique de l’offre dans lequel le président de la République et son Premier ministre ont décidé d’engager la France jusqu’en 2017.

Cette politique n’est pas une politique de gauche

Elle organise un transfert de 2 points de PIB (41 milliards) en faveur des profits. Elle amputera 10 milliards de dépenses sociales, dont 4 milliards de dépenses de santé. Elle réduit notamment les dotations des collectivités territoriales de 3,7 milliards et condamnera celles-ci à mettre en suspens ou à réduire leurs investissements publics. Elle bricole des mesures fiscales et familiales illisibles, faute d’avoir mis en chantier la révolution fiscale que toute la gauche attendait. Elle entretient le gel des salaires qui s’est d’ores-et-déjà diffusé dans les négociations salariales du secteur privé. Cette politique est inefficace pour juguler la déflation qui s’abat sur la zone euro.

L’action des députés « frondeurs » n’a pas été entendue. Ces derniers ne prendront néanmoins pas le risque d’une crise de régime et ne voteront pas contre le budget.

L’action parlementaire se heurte désormais aux frontières d’une cinquième République à bout de souffle. C’est dans ce contexte que la manifestation appelée par le collectif AAA (Alternative A l’Austérité) prend toute son importance. Elle donne l’occasion au peuple de gauche de rappeler au chef de l’Etat qu’il s’était engagé à sortir la France et l’Europe du piège de l’austérité.

La place des socialistes affligés par les choix budgétaires faits pour la seconde partie du mandat est aux côtés des organisations syndicales, des associations et de ceux de nos partenaires écologistes et de la gauche qui seront dans la rue le 15 novembre pour dire « Non à l’austérité ! ». Nous appelons les militants socialistes à s’y joindre en nombre.

Le 12 novembre 2015

Liêm Hoang Ngoc (membre du BN du PS)
Mathurin Levis (membre du BN du MJS)
Philippe Casier (membre du CN du PS)

Journée de manifestations du 15 novembre : une première victoire

La journée de manifestations du samedi 15 novembre appelée par le collectif 3A constitue d’ores et déjà un succès. Jamais en effet depuis l’élection de François Hollande aucun appel de ce type n’avait rencontré une telle diversité de signataires. A Paris comme dans une vingtaine de grandes villes françaises dont Toulouse, Bordeaux, Nantes, Lyon, Strasbourg, Metz, Nice, Limoges etc… manifesteront unis syndicats, associations, partis politiques, personnalités.

Après le premier appel de 250 signataires, ce sont en effet plus de 70 organisations qui se mobilisent aujourd’hui pour dire non au budget du gouvernement Valls-Hollande, non aux exigences du Medef, pour une alternative sociale, écologique et démocratique à la politique actuelle.

Le collectif3A appelle aussi dans ces manifestations à protester contre la criminalisation et la répression accrue des mouvements sociaux, écologiques et citoyens et à exiger la vérité et les sanctions au plus haut niveau de l’Etat suite à la mort de Rémi Fraisse.

LA MANIFESTATION PARISIENNE PARTIRA DE DENFERT-ROCHEREAU A 14 HEURES

La liste des autres manifestations se trouve sur le lien suivant : http://www.collectif3a.org/?page_id=153

Ceux qui appellent au 15 novembre (liste établie au 13 au matin).

Les 300 premiers signataires : http://www.collectif3a.org

Les organisations :

Syndicats :

CGT :

URIF-CGT (Ile-de-France), UD CGT 75, UD CGT 94, UD CGT 91, UD CGT 92, 

UD CGT de la Marne, Ariège, Haute-Garonne, Loire-Atlantique, Puy-de-Dôme, Hautes-Pyrénées, Pyrénées orientales, Seine-Maritime, Tarn et Garonne, UL CGT Brest, UL CGT Roissy, Arles et Metz

CGT de la Culture, CGT Finances,  Fédération de l’équipement et de l’environnement CGT
, Fédération des organismes sociaux CGT, 
Fédération des services publics CGT, Fédération Nationale des Industries Chimiques CGT
, Filpac-CGT, Syndicat National CGT de la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (SNACCRF-CGT), Syndicat National des Agents des Douanes CGT (SNAD-CGT)
, Syndicat National des journalistes CGT (SNJ-CGT)
,  Union Générale des Fédération de Fonctionnaires CGT, Union Syndicale CGT Commerce et Services de Paris, CGT Pôle emploi Bretagne, CGT Pôle emploi Ile de France, Fédération nationale agriculture et forêt (FNAF), Syndicat national travail emploi formation professionnelle

FSU : SNPES PJJ-FSU, SNESUP, SNUITAM-FSU
, SNUPDEN-FSU, SNU Pôle emploi-FSU, FSU Doubs, FSU Haute-Garonne, FSU Gironde, FSU Pyrénées Orientales, FSU Haute-Savoie, FSU Loire-Atlantique, FSU Oise et FSU Seine-St Denis

Solidaires : Sud-Energie, et aux manifestations de leurs départements : Solidaires 29, Solidaires 63, Solidaires Rhône, Solidaires Loire-Atlantique, syndicat sud du Conseil Général de Moselle

UNEF : AGE UNEF Clermont Ferrand
, AGE de l’ENS 

Partis : Front de Gauche, NPA, Nouvelle Donne, Gauche d’EELV, Les Socialistes affligés, des membres du BN du MJS, et, sur leurs bases, Alternative Libertaire et  le POI.

Associations : AC !, ANECR, APEIS, ATTAC, CADTM, Confédération paysanne, Convergences des services publics, Fondation Copernic, DAL, les Ef-fronté-e-s, Féminisme enjeux, Femmes égalité, La Gauche Par l’exemple, L’association Lesbiennes of color (LOCs), MNCP, MRAP, Osez le féminisme, Rencontres sociales, Sortir du Colonialisme, UFAL – Union des Familles Laïques, Syriza France

Communiqué du collectif 3A – 13 novembre 2014

Willy Pelletier « Une mobilisation qui promet » contre l’austérité

À deux jours de la manifestation organisée par le Collectif 3A (Alternative à l’austérité), Willy Pelletier, de la Fondation Copernic, se félicite « du périmètre inédit des forces rassemblées ».

L’initiative aura lieu dans deux 
jours, quel est l’état de la mobilisation ?

Willy Pelletier C’est une mobilisation prometteuse, eu égard au périmètre inédit des forces rassemblées. Tous les partis de la gauche antilibérale seront présents : de Nouvelle Donne au Front de gauche en passant par le NPA. S’ajoutent la gauche syndicale et la gauche associative, ce qui fait que cette manifestation est une co-initiative. Elle intervient alors que le peuple de gauche est en colère contre la trahison du mandat qu’il a donné en 2012. Donc tout indique que cette mobilisation sera très forte.

Le budget rectificatif prétend rassurer la Commission européenne sans faire de coupes supplémentaires dans les dépenses. Ces deux objectifs sont-ils conciliables ?

Willy Pelletier Non, ils ne le sont pas. Depuis le début du quinquennat de François Hollande, les gouvernements obéissent aveuglément aux injonctions de la Commission européenne. Ils utilisent cette dernière pour imposer l’austérité. Peu importe les rectificatifs à la marge, les conséquences sont les mêmes. Au final, les services publics se dégradent, les chômeurs sont innombrables, méprisés et culpabilisés et les salariés voient leurs revenus comprimés. Et ce n’est pas en obéissant un peu plus ou un peu moins aux demandes de Bruxelles que cet état de fait changera.

Les collectivités territoriales sont particulièrement visées par le gouvernement. La journée du 15 novembre vise-t-elle également à refuser ces coupes ?

[ … ]

Lire la suite sur l’Humanite.fr – http://www.humanite.fr/willy-pelletier-une-mobilisation-qui-promet-contre-lausterite-557502